Relation d’amitié

À base d’anecdotes, de témoignages et de situations vécues, cette rubrique se veut un espace d’écoute et de réflexion. La relation à soi, à son enfant, à son partenaire de vie, à son collègue et à l’autre (parent, ami, …) sont les lieux privilégiés de communication et bien souvent d’incommunication. Grâce à des outils, des règles et des concepts spécifiques (à la Méthode ESPERE®) je vous propose d’essayer d’y voir un peu plus clair et de découvrir le potentiel qui se cache dans chaque relation humaine.

« Bonjour Claire,

Voilà, depuis quelques mois, Sylvie, ma meilleure amie se désintéresse de moi et met de plus en plus de distance entre nous. Cela me fait beaucoup de peine. Nous nous connaissons depuis la maternelle, avons échangé nos secrets, fait les 400 coups ensemble et nous sommes toujours entraidées lors des moments difficiles. Toutes deux âgées de 27 ans, notre parcours scolaire a été à peu près similaire jusqu’au baccalauréat que nous avons elle et moi obtenu haut la main. Après le Bac, de mon côté j’ai fait une Prépa et intégré une école d’ingénieur dont je suis actuellement diplômée. J’ai d’ailleurs très vite décroché un très bon poste dans une grande société. Sylvie, elle, a voulu à ses 18 ans, passer une année à l’étranger, fait des petits boulots, a multiplié les conquêtes amoureuses et s’est désintéressée des études. Elle avait l’air de ne pas trop penser à son avenir et a profité pleinement de cette période d’insouciance pendant laquelle elle semblait heureuse et épanouie. A son retour en France, elle a préféré travailler pour gagner sa vie que d’aller à l’université. Sylvie enchaine depuis les boulots de serveuse avec les périodes de chômage.

Lors de nos derniers échanges, elle m’a fait part de son mal être avec mes amis qui sont pour la plupart de la même promotion que moi ou bien des collègues de travail. Elle ne se sent pas à la hauteur. Or je lui ai bien dit que cela n’a aucune importance à mes yeux !!! Sylvie est toujours Sylvie avec qui j’ai joué autour du bac à sable et qui a partagé mes joies et mes peines. Comment faire pour ne pas la perdre ? Noémie G. »

« Bonjour Noémie,

Hmm, merci pour votre belle question, elle m’inspire particulièrement. Une relation d’amitié qui prend ses racines dans notre enfance revêt une texture particulière, un peu comme une couverture douce et chaude dans laquelle on peut s’emmitoufler pendant les hivers de nos vies. Une relation comme on peut en avoir avec un frère ou une sœur, insoumise aux aléas de la vie, fidèle à notre évolution personnelle, bref une perle rare, infiniment précieuse.

Si j’ai bien compris, votre amie d’enfance, avec qui vous entretenez une relation d’amitié fondée sur l’entraide et une forte complicité vous semble être en danger. Vous écrivez que votre amie « se désintéresse de vous » sans préciser les faits à l’origine de votre ressenti et rajoutez qu’elle vous a dit ne pas se sentir à l’aise avec vos amis.

Avant de vous proposer quelques pistes de réflexion, j’aimerais vous présenter plusieurs aspects importants :

  • Tout d’abord, qu’est ce qu’une relation ? Je vous propose d’imaginer une écharpe ou un tuyau, entre vous et votre amie. Ce lien, à travers lequel circulent des messages positifs ou des messages toxiques – plus une relation est vivante plus les messages des deux sortes seront présents – est ce qui vous relie et vous distingue. Ce lien pour rester vivant a besoin d’entretien et de vos bons soins à toutes les deux. Une façon de l’entretenir est de passer du temps à deux et d’avoir un échange personnel et authentique, de dialoguer– de vive voix ou au téléphone.
  • Qu’est ce qu’un sentiment ? Cette question peut faire sourire par son évidence, mais j’ai quand envie d’apporter une précision importante, souvent méconnue de tous. Vous éprouvez un sentiment d’amitié pour Sylvie, ce sentiment présent « en vous » est dirigé « vers elle » ce qui en fait un sentiment unique puisque qu’il est fonction d’elle. De toute évidence elle aussi éprouve de l’amitié pour vous selon le même schéma.
  • Qu’est-ce qu’une émotion ? Lorsque vous décrivez votre peine face au désintérêt présumé de votre amie, vous ressentez de la tristesse. Comme toutes les émotions, la tristesse est un ressenti de courte durée et qui surgit en réaction à un comportement ou un propos. Ce qui vous attriste ici c’est l’idée que la relation entre vous disparaisse.

Pourquoi s’attarder sur ces notions me direz-vous ? La raison de ce petit apport théorique est la suivante : pour comprendre une situation relationnelle et réfléchir à des pistes de réflexion, il est bon de prendre un peu de recul et d’analyser les enjeux présents. De cette réflexion découlera votre action, ce que vous pouvez faire à votre bout de la relation, exprimer vos besoins, vos désirs ou vos attentes.

D’après vos propos, je me demande si votre amie ne traverse pas une période difficile à vivre, peut-être son ressenti est-il exacerbé si elle se trouve en présence de personnes ayant déjà atteint ce dont elle a envie. Puisque ni vous ni moi ne sommes dans sa tête, je vous propose d’agir à votre bout de la relation et de :

  • lui consacrer du temps, juste vous deux, dans un espace calme et agréable – chez vous, en vous promenant dans la nature…
  • lui dire le sentiment d’amitié que vous éprouvez à son égard en lui précisant bien que c’est bien de sa personne et non de son métier, de son compte en banque ou de ses relations qu’il s’agit.
  • lui exprimer combien votre relation avec elle est précieuse à vos yeux et combien vous seriez peinée de voir votre relation s’arrêter.
  • enfin et surtout, je vous propose de l’inviter à parler d’elle, de ce qu’elle ressent, ce dont elle a besoin en ce moment, tout en lui proposant votre présence et votre soutien si tel est votre désir. »

Article paru dans la rubrique « Une question peut en cacher une autre » du Petit Journal de Francfort le 30 juin 2014.